entete

Séminaire 2018 d’étude juive

Fontainebleau du 2 au 8 juillet 2018

Le séminaire 2018 "Les limites" sera dense et de bonne qualité comme chaque année.

Venez partager une semaine d’étude juive intense et de haute qualité autour du thème de la limite, avec un shabbat plein et ressourçant
Début Lundi 2 juillet à 14h00 jusqu’à dimanche 8 juillet 13h00...

PDF - 1.3 Mo
Programme 2018

Ce séminaire d’étude a lieu chaque année à l’initiative du rabbin Yeshaya Dalsace. Il n’a pas son équivalent en France. Il regroupe chaque année une quinzaine d’intervenants de haute qualité venant de tous les horizons du judaïsme. Durant une semaine, les participants étudient du matin au soir, partagent, progressent... on ne s’occupe que de judaïsme dans un état d’esprit de totale ouverture. Les participants viennent parfois de loin (France, Italie, Suisse, Belgique...) et sont de niveaux de judaïsme différents (pratiquants ou moins, érudits ou débutants).

La liste actuelle des intervenants 2018 est : Yeshaya Dalsace (rabbin), Rivon Krygier (rabbin), Paul Fenton (professeur d’étude juive à la Sorbonne), Dominique Bourel (chercheur au CNRS), Liliane Vana (Spécialiste en droit hébraïque, Talmudiste, Philologue), Emmanuel Bonamy (philosophe et talmudiste), Massimo Lovane (professeur de droit international), Michaël Sebban (kabbaliste), Claude Birman (philosophe), Isabelle Cohen (bibliste), David Gutmann (conseiller de synthèse, psychanalyste), Jérôme Benaroch (talmudiste), Philippe Chriqui (politologue), Jean-Gerard Bursztein (psychanalyste), Jean Jacques Wahl (enseignant), Daniel Stein (avocat), Yoav Levi (bibliste), Maayane Dalsace (enseignante), Jo Toledano (éducateur), Hervé-Elie Bokobza (talmudiste), Antoine Spire (journaliste, écrivain), Yehouda Salfati (cinéaste)...

Attention nombre de places limitées

Pour s’inscrire, voir plus bas les tarifs et les liens pour inscription

Thème 2018 : Les limites

Enjeux et perspectives pour le judaïsme

La question de la limite est fondamentale pour le judaïsme. Limites doctrinales, sociales, théologiques ou humaines, mais également politiques. C’est au bord de la frontière que l’on comprend mieux le cœur des choses. Nous en explorerons diverses dimensions à travers l’étude de textes et d’interventions de conférenciers invités.

Ce séminaire d’une semaine en pension complète kasher Beit Din avec participation de chacun pour le service est ouvert à tous ceux qui sont intéressés.

Il existe également la possibilité de venir à la journée, même si la participation à la semaine reste préférable.

Les dates : du lundi 2 juillet après midi (14h00) au dimanche 8 juillet matin 2018

Programme détaillé

Les détails du programme (horaires des différentes interventions) ne sont jamais disponibles trop à l’avance, pour des raisons de logistique et d’organisation. Mais ce sera comme chaque année une semaine intense. Études de textes, ateliers et conférences par une bonne dizaine d’intervenants de haute qualité et d’horizons différents (rabbins, psychanalystes, historiens, juristes, professeurs d’université... )
A titre d’information, vous pouvez consulter les programmes d’autres années ci-dessous et la liste des intervenants.
Tout ceux qui ont participé à ce séminaire en sont repartis comblés et cela depuis plus de 10 ans.

Lieu du séminaire

A Avon (Fontainebleau) à 45 mn de Paris.

Le lieu est magnifique, propre et calme. C’est un ancien pensionnat catholique transformé en partie en abbaye et en partie en lieu de séminaires. C’est à cet endroit qu’a eu lieu le drame raconté dans le film de Louis Malle "Au revoir les enfants". Nous organisons ce séminaire depuis des années à cet endroit qui a de grands avantages (accessibilité, prix, accueil, et nous permet de faire venir de la nourriture kasher)

Le logement : dans le Centre lui-même, chambres simples mais confortables, plusieurs salles de douches par étages, draps compris, sans serviette. Accès au wifi et donc à internet.

…ou ailleurs si vous préférez : des hôtels sont possibles pas loin, mais du coup on est moins dans la dynamique de groupe. Il y a même un camping municipal à Samoreau (à 6kms d’Avon).

Coût du séminaire

Pour les détails et différentes formules, ouvrir le pdf Tarif

PDF - 478.7 ko
Tarifs du séminaire

Inscription

Pour s’inscrire, suivre un des liens suivant selon votre choix :

- Semaine complète du 2 au 8 juillet : https://www.weezevent.com/seminaire-2018-acomptes

- Shabbat seulement du 6/7 au soir au 8/7au matin : https://www.weezevent.com/seminaire-2018-shabbath-seulement

- A temps partiel hors shabbat : https://www.weezevent.com/seminaire-2018-a-temps-partiel-2

Lien pour le paiement du solde https://www.weezevent.com/seminaire-paiement-du-solde

Au besoin nous contacter dorvador.seminaire@gmail.com

Précisions

Le but de ce séminaire d’étude est tout d’abord de passer une semaine de vie juive intense à tout point de vue.

Le thème choisi permet de mieux comprendre et d’approfondir un des aspects centraux du judaïsme.

Les différents intervenants apportent leur point de vue sur ce thème et échangent avec les participants. Le large panel permet d’aborder le thème choisi aussi bien d’un point de vue historique, philosophique, existentialiste que pratique.

Les offices quotidiens sont assurés.

Les journées se déroulent autour d’ateliers, de conférences, d’études sur texte et d’activités de détente.

Les repas sont pris en commun. Une activité est organisée chaque soir.

Un des temps forts de ce séminaire reste bien évidemment le shabbat plein.

Les participants doivent être présents pour la semaine entière et participer à toutes les activités. Le but est de construire un groupe cohérent, convivial et que chacun puisse trouver ici une occasion de se ressourcer, d’approfondir son judaïsme, de rencontrer d’autres personnes et enfin de se détendre en profitant d’un cadre exceptionnel.

Le détail de l’emploi du temps étant susceptible d’être remanié, ainsi que le détail des activités, nous ne pouvons le donner pour le moment.

Ce séminaire se base sur celui organisé chaque année avec beaucoup de succès par le rabbin Yeshaya Dalsace.

PDF - 706.8 ko
Programme 2015
PDF - 681.3 ko
Programme 2016
PDF - 933.5 ko
Programme 2017

Intervenants par le passé à ce séminaire :

Edouard Robberecht (philosophe), Rivon Krygier (rabbin et philosophe), Mireille Hadas Lebel (historienne), Catherine Chalier (philosophe), Jérôme Benarroch (talmudiste et philosophe), Philippe Zard (universitaire en littérature, spécialiste de Kafka et Cohen), Liliane Vana (Universitaire, Spécialiste en droit hébraïque, Philologue), Philippe Boukara (historien), Marie Anne Meyer (psychologue), Michèle Tauber (universitaire, spécialiste de littérature israélienne), Hervé Bokobza (talmudiste et écrivain), Yoav Lévy (chercheur), Karima Berger (écrivain), Jean-Gérard Bursztein (psychanalyste), Frédérique Leichter-Flack (maître de conférence et écrivain), Rolland Meyer (psychanalyste), Stephen Berkowitz (rabbin), Etienne Gotschaux (écrivain), Yaakov Spitezki (rabbin), Izio Rosenman (psychanalyste, chercheur au CNRS), Floriane Chinski (rabbin), Joël Benhamou (talmudiste), Yossef Kleiner (rabbin), David Touboul (rabbin), Misgav Harpeled (historien chercheur), Leonid Livak (chercheur et professeur de l’université de Toronto), Jean Christophe Attias (historien), Yeshaya Dalsace (rabbin), Leila Ferault-Levy (réalisatrice), Regine Waintrater (psychanalyste), Max Kohn et Alessandra Berghino (psychanalystes), Alain Nedjar (généalogiste), Sophie Nizard (sociologue), Philippe Enquin (écrivain), Alexandre Hurwitz, Michael Sebban (enseignant en kabbale), Abraham Malthète (archiviste, spécialiste des manuscrits de l’Alliance Universelle), David Lemler (chercheur), Shaoul Benchimol, Emmanuel Bonamy (philosophe et talmudiste), Daniel Stein (juriste), Raphaël Gutman (consultant), Philippe Haddad (rabbin), Claude Birman (philosophe), Charlie Szlakmann (écrivain), Gabriel Abensour (enseignant),

Du côté des participants :

Une semaine d’étude juive à Fontainebleau

Année 2017

Thème : Le pouvoir

C’est cette année que j’’ai pour la première fois participé au séminaire d’étude juive organisé par Dor Vador et son rabbin Yashaya Dalsace à Fontainebleau. Tout ce que je peux dire est que j’en ai été enchantée.

Le cadre, tout d’abord, est merveilleux. Le village est très joli et j’ai passé de bons moments à me promener aux alentours, à aller voir le château et à marcher dans la forêt.
Le séminaire se tient dans le couvent des Carmes de Fontainebleau, le lieu où se sont passés les événements racontés dans le film ’Aurevoir les enfants’ de Louis Malle.
N’est-ce pas extraordinaire qu’un séminaire d’étude juive s’organise justement dans ces murs, au milieu de frères Carme et de sœurs que nous avons croisés régulièrement dans le magnifique jardin du couvent et dans les couloirs ? N’est-ce pas émouvant de voir un groupe de juifs tous de tallit vêtu, faire Chaharit dans l’herbe alors que l’église au coin de la rue fait résonner ses cloches ?

La diversité des participants m’a aussi frappée : il y avait des juifs mais aussi des chrétiens ; des juifs pratiquants et d’autres non, croyants ou pas, libéraux, massortis, de Syrie, d’Italie, de partout en France,...

La diversité des intervenants était, elles aussi, plus qu’enrichissante. Et c’est ce qui rend ce séminaire si intéressant. Cette année, il y a eu : Philippe Haddad, Yeshaya Dalsace, Charlie Szlakmann, Rivon Krygier, Gabriel Abensour, Liliane Vana, Edouard Robberechts, Daniel Stein, Shaul Benchimol, David Lemler, Emmanuel Bonamy, Saralev Hollander, Yoav Levy, Claude Birman, Jean-Gérard Bursztein et Elie Bokobza
Avec en moyenne 3 conférences par jour et autour de ce même thème du pouvoir, ils nous ont emmenés dans de nombreuses directions différentes car la plupart d’entre eux n’approchaient pas la problématique de la même manière en fonction du message qu’ils voulaient nous transmettre.
Certains nous ont parlé des rabbins et de leur pouvoir (ou de leur déficit), en passant par les tribunaux rabbiniques orthodoxes actuels, certains du pouvoir que l’homme a sur la terre, plusieurs ont discuté du modèle idéal de pouvoir que voulait nous présenter la Thora : est-il mieux d’avoir un roi ou des juges ? La Thora voudrait-elle qu’Israël devienne un peuple puissant ou préférait-elle plutôt l’époque d’Abraham et la société des patriarches ? Ne devrions-nous pas préférer une puissance spirituelle à une puissance politique ? Et tout cela est-il réalisable ou n’est-ce qu’une utopie ? Les rois qui ont gouverné Israël étaient-ils bons et moraux ou étaient-ils des brutes ? Ce sont des questions qui animent encore beaucoup la société juive comme elles l’ont toujours fait par le passé. Nous avons eu l’occasion de parler des opinions contradictoires de Maïmonide et d’Abarbanel par exemple, du Sanhedrin, de Joseph et son pouvoir en Egypte, de Moïse et Aaron et de l’épisode de Korah, de Samuel et de Saül, du rôle des rabbins et de la communauté, du pays d’Israël actuel et du lien que l’ont devrait ou ne devrait pas avoir avec la terre. Nous avons regardé le film « Le dernier jour de Rabin ». Ensuite, nous avons discuté de Shabbat et de l’adage « Qui est fort ? Celui qui maîtrise son élan » ainsi que des relations humaines qui devraient, pour bien se dérouler, être un échange où chacun écoute alternativement et pas le résultat d’une prise de pouvoir de l’un sur l’autre. Mais ce n’est pas tout : nous avons parlé de philosophie, de psychologie, de Spinoza, de Kabbale, de Talmud, de minhag,...

De plus, le séminaire ne se résume pas qu’à ça (même si ce serait plus que suffisant). Le séminaire, c’est rencontrer des gens, discuter, apprendre même entre les conférences, manger à midi à la table du l’intervenant de toute à l’heure et papoter de la prochaine conférence à laquelle il va assister, c’est sortir les rouleaux de la Thora et apprendre comment ils sont fabriqués, c’est aller se promener et se détendre, profiter du jardin, faire un ping-pong entre amis, assister (ou non) au trois offices quotidiens et recevoir des explications sur les prières, le tallit, les téfilins, c’est avoir l’occasion de vivre un Shabbat plein entouré de gens intéressants, pour ceux qui ne l’ont jamais fait et pour les habitués..
C’est s’emplir la tête de spiritualité pendant une semaine intensive et bien remplie. Une semaine très diversifiée, et pleine de débats et de questionnement pour réfléchir à la société juive et au monde. C’est une semaine qui éclate le texte en une étincelle de sens et qui nous rappelle, de par la diversités des intervenants et des participants qu’il n’y a pas qu’une manière de le lire ou d’y réfléchir. C’est une semaine après laquelle on se sent peut-être fatigué, mais peut-être aussi plus rempli, connecté et heureux.

Maya Michel.